Capitulations dans le secteur minier

13ème suivi et incroyable chance pour entrer dans le secteur des mines d’or avec des prix cassés. Une chance pour ceux qui attendaient une opportunité d’achat sur la touche, mais une situation inconfortable pour ceux qui ont acheté des minières au-delà de la fenêtre d’achat à 330 points pour l’indice HUI des producteurs d’or. Aujourd’hui à 321 points, nous nous trouvons seulement à -2,7% de notre point d’entrée. Rien de bien dramatique, mais le secteur des petites sociétés minières juniors or et argent a été beaucoup plus durement éprouvé, avec des baisses jusqu’à -50% en l’espace de quelques jours seulement.
Dans le plus fort de la baisse, ceux qui vendaient étaient littéralement pris de panique, comme s’ils pensaient que le cours de leur action allait chuter à zéro le lendemain. En regardant les volumes échangés sur certaines actions, on pouvait deviner qu’il s’agissait de petits investisseurs et traders ne connaissant plus la valeur de ce qu’ils avaient entre les mains, et désirant s’en débarrasser à n’importe quel prix. Ces baisses violentes dans de très faibles volumes sont une
caractéristique du secteur des petites juniors aurifères et argentifères, qui se trouve être le secteur le plus volatil au monde ! Un investisseur plus expérimenté saura que cette volatilité peut se retourner à la hausse n’importe quand, et que le très petit nombre d’actionnaires qui ont fait les prix durant la phase de baisse ne pourront à eux seuls déterminer la valeur intrinsèque de ces actions, surtout si leurs raisons pour vendre se révèlent totalement infondées par la suite.
Alors que les juniors étaient vendues dans l’urgence, le prix de l’or n’a quasiment pas bronché. L’indice HUI est même brièvement revenu à sa valeur d’octobre 2006, qui correspondait à un prix de l’or de $575.
Que s’est-il passé ? Le plongeon du secteur a été causé par trois facteurs :
1) La sortie forcée du secteur par des hedge funds (fonds alternatifs ou fonds de couverture) en difficultés. Il était soudainement question de vie ou de mort pour eux, et il leur fallait trouver des liquidités pour racheter des positions perdantes sur le marché des crédits immobiliers à risque. Ils ont pour cela vendu leurs positions les plus spéculatives dans le secteur minier durant la pire période de l’année, sans égard aux dégâts susceptibles d’être causés par leur sortie dans l’urgence. Le secteur des juniors était en effet joué par les hedge funds, car il correspond à un investissement alternatif porté par un fort momentum depuis 2001. Vous savez combien ce marché est minuscule, donc illiquide et hautement volatil. Un vendeur qui ne rencontre aucun acheteur patiente généralement jusqu’à ce que les volumes échangés lui permettent de sortir à bon compte, mais dans l’urgence, il sera obligé de liquider ses positions pour un prix ridicule, à cause du manque de liquidité du titre.... Read More | Share it now!